Interview

Elle a été faite pour Viva (une chaîne allemande) par VJ Phil Darb, à Paris au mois de Novembre.

Son nouvel album : Je pense que la description d'une combinaison futur/passé est très bonne, j'essaye toujours d'apporter quelque chose de personnel, de relater comment est ma vie à ce moment-là et mes expériences passées. Mais on ne peut pas ignorer les nouvelles technologies. Je voulais avoir du son high-tech et aussi des guitares acoustiques, des instruments avec des sons naturels. En plus Mirwais (producteur de cet album) aime le son des synthétiseurs façon années 70. C'est aussi un hommage à Serge Gainsbourg. Mirwais a beaucoup voyagé et il avait un large choix de style de musique à présenter.

'Don't tell me' : Ce qui s'est passé, c'est que Mirwais aime les musiques folk et country. Mais on ne voulait pas faire de la musique country. En fait c'est à la fois une chanson électronique et une chanson blues. Comme 'Je chante le Blues'. C'est une chanson d'amour sentimentale. Le son est pur, donc la musique n'est pas importante, on prend plus d'intérêt à écouter les paroles.

'Nobody's perfect' : Nous jouions et nous n'avons pas vraiment cherché au niveau des paroles.

Mirwais : Il a envoyé une cassette avec quelques chansons à ma compagnie. Seulement de la musique, pas de paroles excepté pour une chanson. J'ai trouvé ça cool et moderne, je me devais de travailler avec lui. Il est un de ces mecs plantés des heures devant son ordinateur. J'aime beaucoup Mirwais, c'est un type bien. De même que William Orbit (autre producteur). J'aime travailler avec des personnes qui sont timides et introverties, et c'est un bon équilibre car je suis très extravertie. Il était très timide et très calme, mais nous avions la barrière de la langue. Je ne parle pas bien français et il ne parle pas anglais. Mais nous avons trouvé un moyen de communiquer et de travailler ensemble. Il a un sens de l'humour caustique, comme moi. Je suis quelqu'un de très impatient et lui restait assis des heures devant son ordinateur, alors je m'enervais et criais 'Allez depêches-toi, depêches-toi!!'. Son patron était dans le studio pour tout traduire, je venais au studio, je chantais et il y avait cet étranger parfait qui me disait quoi faire. Et il ne parlait pas très bien anglais, donc c'était un peu étrange. Mais après tout, ces critiques étaient bonnes.

'Paradise (not for me)' : C'est une chanson très émotionnelle. Je suppose que cette chanson est basé sur ma reaction face à la célébrité et avec les hauts et les bas. (I've been so high... I've been so down). C'est aussi sur le fait de vivre sous les yeux du public. Je ne sais pas, c'est étrange, c'est le paradis, mais pas pour moi (Paradise, not for me). Mais d'un autre côté ça l'est. C'est paradoxal. Je chante sur le paradis mais ne veut pas le vivre. Vous voyez ce que je veux dire? Chanter en français était une idée de Mirwais, j'avais écris les paroles que je voulais dire. Bien sûr, il s'est moqué de moi en m'écoutant les chanter. J'au du m'y reprendre à plusieurs fois.

Les critiques : Ca a beaucoup à voir avec l'instinct. J'ai d'abord étudié le travail de Mirwais et de William Orbit et senti que je pouvais travailler avec eux et que je pouvais leur montrer mon côté vulnérable.

'I deserve it' : Elle est dédicacée à Guy Ritchie, mais a aussi un autre sens. Quand j'ai écris cette chanson, je ne pensais pas forcément à Guy, parcequ'on ne peut pas appeler un homme un Guy comme on dit je connais ce type, alors c'est de l'argot mais aussi son prénom (passage difficile à traduire car dans cette chanson elle dit 'this guy' dans tous les couplets, en fait guy veut dire type ou mec, et a aussi l'autre signification, le prénom de Guy Ritchie). J'espère que les gens interprétent cette chanson comme ils le veulent. Ils peuvent penser à l'amour de leur vie -il faut que ce soit un homme- ou ils peuvent penser à Guy Ritchie. Il a été très touché en l'entendant, on était dans sa voiture, et il a du s'arrêter pour mieux l'écouter et y penser. J'étais très nerveuse, c'est une chanson très personnelle. J'écris souvent des chansons personnelles mais toujours de façon abstraites, et que donc vous ne pouvez pas réellement comprendre. J'étais nerveuse pour toutes les chansons que j'avais écrites de mon nouvel album, car je respecte son opinion et je voulais qu'il aime mon travail.

Guy Ritchie : Je lui ai fait écouter toutes les chansons et j'ai du en virer quelques unes car il ne les aimait pas. Il a beaucoup d'influence sur moi et j'ai beaucoup d'influence sur son travail aussi.

Maverick : Je suis très impliquée dedans (sa compagnie de disque), comme par exemple quand il faut engager ou renvoyer quelqu'un. Ils me contactent toujours quand quelque chose leur a plu. Je connais toutes les personnes qui travaillent dans la compagnie. Elle se trouve en Californie, ce qui veut dire beaucoup d'e-mails et de courriers express. C'est simple de créer une compagnie, vous utilisez les ordinateurs et le téléphone. Une journée-type : C'est tout le temps différent, mais si je travaille sur un album, alors, je me lève tôt, je prends une tasse de café, emmène ma fille à l'école, passe un peu de temps avec mon fils, puis je fais un peu de ménage, un peu de yoga, puis je vais au studio. J'y travaille jusqu'à la nuit tombée et je rentre à la maison, mets mes enfants au lit et dîne avec Guy, je suis morte de fatigue. C'est très prenant, je ne dors que 5/6 heures par nuit. Je ne dors pas assez.

Lourdes : Si elle voulait devenir chanteuse, je lui dirais qu'elle devra avoir une discipline de fer et de l'ambition. Vous devez avoir beaucoup de respect pour le faire. Je pense qur ce que je fais est normal. Je veux juste qu'elle fasse ce qu'elle voudra, mais elle doit y être préparée. Quel que soit le travail : astronaute, présidente ou chanteuse.

Etre mère : J'essaye d'être équilibrée, d'être drôle et sérieuse. Mais je suis stricte. Quand c'est l'heure de dormir, c'est l'heure de dormir. Pas de télévision. Parfois, ils ont une sucrerie, mais pas plus.

Election présidentielle aux USA : C'est ridicule! Je pense que les gens sont trop pris là-dedans. J'ai voté pour les démocrates. Je ne vote pas républicain, je ne l'ai jamais fait. Pourtant certains présidents républicains ont fait de bonnes choses pour l'Amérique.

Tournée : L'été prochain.

Noël : Je le passerais avec ma famille aux Etats-Unis.