Interview

 

Début de l'interview : J'ai l'impression d'avoir 86 ans. Je viens d'arrêter d'allaiter, j'arrive de New York, j'ai voyagé toute la nuit et je n'ai pas réussi à dormir dans l'avion. J'ai dû accumuler deux heures de sommeil en deux jours.

Son apparition au Letterman Show : Je me suis vraiment demandé ce que je foutais là. Pourquoi je me ridiculise? Pourquoi faut-il toujours que je m'éprouve de la sorte? Je commence à peine des cours de guitare et me voilà avec l'instrument dans les mains devant tout ce monde. Une fausse note et c'est vraiment la honte. Heureusement, mon prof est venu me soutenir. Cela m'a rassurée et je me suis dit : après tout, je suis Madonna, j'arrête quand je veux, je m'en fous. Cett pensée m'a aidée à aller jusqu'au bout et j'ai réussi à jouer sans faute. J'étais incroyablement nerveuse.

La peur : La peur, c'est un sentiment que je connais depuis toujours. C'est ma plus grande faiblesse. Je ne me sens jamais en sécurité. Je ne suis pas sûre de moi. C'est une sensation qui ne me quitte jamais. Quand j'ai peur d'une situation, le seul moyen qui me sauvera c'est de l'affronter.

Britney Spears : J'aime Britney Spears. Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai prêté à Britney Spears des vertus magiques. Elle était mon talisman. Ce T-shirt (elle porte un T-shirt à l'effigie de Britney Spears pendant l'interview) était mon gri-gri de la semaine. C'était devenu une obsession. Je ne pouvais pas le quitter. Je dormais même avec. C'était mon porte-bonheur. D'ailleurs, il m'a porté chance. Franchement, c'est trop facile de casser du sucre sur le dos de Britney Spears. C'est vraiment agaçant. Moi, je l'aime, je n'ai pas honte de le dire. Je ne lui souhaite que du bien. Elle n'a que 18 ans. J'aurais voulu être dessalée comme elle. A son âge, j'étais empotée, maladroite. Je m'habillais mal.

Recommencer sa vie : Pas de problème. J'y vais. Je suis une survivante. Je suis comme un cafard. On ne peut jamais vraiment se débarrasser de moi. J'ai été populaire, impopulaire, aimée et détestée, j'ai connu le succès et les traversées du désert. Tout est si fragile. Si dérisoire. Les choses ont si peu de sens, en somme. C'est pour ça que je me sens libre et que je prends des risques.

Son concert à New York (une première depuis 5 ans) : Pour qu'un show ait vraiment de l'intérêt, il faut vraiment donner le meilleur de soi. En général, je m'ennuie à la plupart des concerts auxquels j'assiste. Je vois des artistes qui se bornent à chanter leur musique. Moi, je veux que tous mes sens soient chavirés. Mais la dernière fois que je suis montée sur scène, je n'avais pas d'enfant. Juste avant que débute le concert, j'ai vu mes enfants dans les coulisses. Et cela m'a fait tout bizarre : ce n'est pas ainsi que ça se passe d'habitude. Maintenant, j'ai des enfants. C'est étrange. C'était étrange : J'étais en costume de scène avec Lourdes et Rocco sur mes genoux et je me disais : 'Dans une minute, tu vas entrer sur scène, enflammer la foule, faire la superwoman.' Mais ai-je encore envie de tenir ce rôle? Je suis une maman maintenant. C'est vraiment très étrange.